Logo UPerform
Pied

Entorse de cheville

par Uperform

L’entorse de cheville est une pathologie concernant les ligaments de l’articulation. Ces ligaments jouent un rôle de liaison entre les différents os de la jambe et du pied, et stabilisent la cheville dans ses mouvements.

1) L’entorse de cheville, qu’est-ce que c’est ?

 

Représentant l’un des principaux motifs de consultation pour le membre inférieur, l’entorse de cheville est une pathologie concernant les ligaments de l’articulation.
Ces ligaments jouent un rôle de liaison entre les différents os de la jambe et du pied, et stabilisent la cheville dans ses mouvements.

Parmi ceux-ci, 3 sont principalement touchés :

  • Le ligament latéral externe (ou collatéral latéral)
  • Le ligament latéral interne (ou collatéral médial)
  • Les ligaments tibiofibulaires (antérieur et postérieur)

 

Lorsque l’un ou plusieurs de ces ligaments sont lésés, le plus souvent par mouvement d’élongation ou de déchirure, on parle d’entorse de cheville.

 

 

2) Quels sont les mécanismes lésionnels ?

 

Dans le grande majorité des cas, la lésion concerne le ligament latéral externe. Celui-ci est constitué de 3 faisceaux (antérieur, moyen et postérieur). On utilise alors le terme d’entorse de cheville externe.

 

Dans ce cas de figure, le mécanisme lésionnel correspond à un traumatisme en inversion (le pied est brutalement amené dans un mouvement de torsion vers le dedans).

L’atteinte des autres ligaments est plus rare, mais existe. 

 

Les mécanismes pouvant amener à l’entorse de la cheville sont multiples :

 

  • Chute mauvaise réception sur le pied (torsion, …)
  • Faux-pas sur un terrain glissant ou irrégulier
  • Accident lors de la pratique sportive
  • Coup porté directement à la cheville

 

A noter que la mauvais traitement d’entorse antérieures augmente significativement le risque de récidive, car le complexe ligamentaire n’assure plus suffisamment son rôle, plaçant l’articulation dans une situation d’instabilité.

 

3) Est-ce grave ?

 

Le type de traumatisme et son intensité déterminent l’importance de la lésion. Afin de classifier les entorses, on distingue 3 stades de gravité :

 

  • Grade 1 : cas bénin, correspondant à un simple étirement (distension) ligamentaire.
  • Grade 2 : cas moyennement, correspondant à une déchirure ligamentaire et une rupture partielle d’un des faisceaux.
  • Grade 3 : cas grave, correspondant à une rupture complète des faisceaux du ligament. Elle peut être accompagnée d’une fracture.

 

L’interrogatoire du thérapeute, l’examen clinique permettent un diagnostic complet et la prise en charge prophylactique qui en découle.

Dans les cas plus graves (grade 2 et 3), une imagerie médicale (radiographie) peut être demandée afin d’exclure la présence d’une fracture.

 

4) Quels sont les symptômes ?

 

La symptomatologie dépend de l’importance de la lésion.

  • Entorse de grade 1 :
    • Douleur modérée autour du site lésé lors du mouvement ou à la palpation
    • Œdème variable de l’articulation
    • Légère perte de mobilité, permettant normalement le maintien fonctionnel de l’articulation (marche possible)
  • Entorse de grade 2 :
    • Douleur importante autour du site lésé lors du mouvement ou à la palpation
    • Œdème de l’articulation, régulièrement accompagné d’un ecchymose
    • Perte de fonctionnalité de l’articulation, marche difficile voire impossible
  • Entorse de grade 3 :
    • Douleur intense autour du site lésé parfois étendue au pied et/ou à la jambe lors du mouvement ou à la palpation
    • Œdème important de l’articulation, accompagné d’un ecchymose
    • Perte totale de fonctionnalité de l’articulation

 

5) La chirurgie est-elle obligatoire ?

 

Dans la majorité des cas, le traitement conservateur suffit pour guérir une entorse de cheville.

La chirurgie ne sera donc considérée que dans les cas de traumatismes sévères (incluant généralement une fracture), ou en cas d’échecs répétés des traitements médicaux/kinés.

6) Comment se déroule la rééducation ?

 

En première intention, le protocole PEACE&LOVE est proposé au patient :

 

Le traitement kiné s’axera ensuite sur :

  • La récupération d’amplitudes articulaires normales
  • La remise en charge de manière progressive de l’articulation
  • La récupération d’un schéma de marche correct
  • Le renforcement musculaire global (force, contrôle neuromusculaire, stabilité, …)
  • La réathlétisation et la remise dans le geste sportif
  • L’éducation du patient quant à sa pathologie et aux risques de rechute
  • La récupération d’amplitudes articulaires normales

 

7) Puis je continuer à m’entrainer ?

 

Dans un premier temps, l’arrêt de l’activité sportive est la plupart du temps indispensable afin de ne pas aggraver la lésion.

Consulter un professionnel de santé permet ensuite de déterminer la marche à suivre afin de retourner au plus vite à votre pratique sportive en toute sécurité.

 

8) Vais-je retrouver mon niveau d’avant blessure ?

 

A condition de respecter les consignes et recommandations transmises par votre chirurgien et votre thérapeute, vous retrouverez plus que probablement votre niveau en quelques semaines !

 

9) Que puis-je faire pour accélérer le processus?

 

Afin d’accélérer le processus de guérison, veillez à respecter au mieux les recommandations des professionnels de santé avec lesquels vous collaborez.

La paresse ou, au contraire, l’excès de zèle, seront vos ennemis.

 

A l’inverse, discipline, rigueur, persévérance ainsi qu’un état d’esprit positif et volontaire vous aideront à revenir au plus vite en pleine forme !

 

 

 

We care, you perform.

Pied

Syndrome de Morton

Newsletter

Quels sujets souhaitez-vous recevoir dans votre boîte mail ? *

Tout cocher / décocher

Contact

Nous contacter

©2020 Revitalize SPRL.

 Créé par Artimon Digital

- Cookies