Logo UPerform
Genou

Oschood Schlatter

par Uperform

Cette pathologie est une épiphysite de croissance de la tubérosité antérieure du genou. Elle se retrouve essentiellement chez les jeunes garçons âgés de 10 à 16 ans, et pratiquant un sport

1) Un peu d’anatomie :

 

L’articulation du genou est composée de 3 os : le fémur en haut, le tibia en bas et la rotule, petit os mobile en avant du genou. Lors des mouvements de flexion/extension du genou, la rotule glisse sur le fémur. C’est une véritable poulie de réflexion pour le quadriceps (muscle antérieur de la cuisse).

Le tendon rotulien est la structure fibreuse épaisse et extrêmement solide qui s’étend de la pointe de la rotule jusqu’à la tubérosité tibiale antérieure, et relie la rotule à l’os du tibia.

 

 

2) Qu’est-ce la maladie d’Osgood Schlatter ? Quels sont les mécanismes lésionnels ?

 

Cette pathologie est une épiphysite de croissance de la tubérosité antérieure du genou. Elle se retrouve essentiellement chez les jeunes garçons âgés de 10 à 16 ans, et pratiquant un sport (le plus souvent impliquant un surmenage de l’appareil extenseur).

 

Cette maladie de croissance touche le cartilage de croissance, qui est soumis à de micro-traumatismes répétés. Les causes en sont donc presque toujours les mêmes :

  • Croissance (trop) rapide
  • Pratique intensive du sport, en particulier ceux utilisant l’appareil extenseur (ex : football)
  • Mauvais contrôle moteur et musculaire
  • Mauvaise technique dans le geste sportif

 

3) Quels sont les symptômes ?

 

Les symptômes peuvent varier selon l’intensité de pathologie. Parmi ceux-ci, on retrouve le plus souvent :

  • Une douleur autour de la tubérosité tibiale antérieur, aggravée lors de l’effort physique
  • Un gonflement de la zone
  • Une perte de sensibilité locale

 

4) Est-ce grave ?

 

Le niveau de gravité de la maladie d’Osgood Schlatter peut varier.
Si votre enfant rencontre des symptômes similaires à ceux cités ci-dessus, il sera important de consulter rapidement un médecin afin de déterminer l’importance de la lésion et le choix thérapeutique qui en découle, sous peine de voir le problème s’aggraver.

Ces décisions seront prises en fonction de l’interrogatoire, de l’examen clinique ainsi que de l’analyse des imageries médicales effectuées (échographie, …).

 

 

5) La chirurgie est-elle une option ?

 

Le geste chirurgical reste exceptionnel et sera considéré en cas d’échecs répétés des traitements conservateurs ou lors de complications liées à l’absence ou mauvais traitement initial.

 

6) Puis-je continuer à m’entrainer ?

 

Le diagnostic d’une maladie d’Osgood Schlatter nécessite d’être pris au sérieux dès le départ afin d’éviter les complications et aggravations.

Le repos sportif est nécessaire durant la phase douloureuse. Ensuite, c’est l’importance des symptômes, des imageries médicales et la présence ou non d’un décollement qui détermineront la durée d’arrêt. Celle-ci peut aller d’un à six mois.

 

Il conviendra de discuter de la meilleure option avec votre médecin.

 

7) Comment se déroule la rééducation ?

 

Les séances de kinésithérapie démarrent en prêtant attention à la symptomatologie douloureuse du sujet. En respectant cela, le travail s’axera sur :

  • La récupération d’amplitudes articulaires normales
  • La remise en charge de manière progressive de l’articulation
  • Le renforcement musculaire global (force, contrôle neuromusculaire, stabilité, …)
  • La réathlétisation et la remise dans le geste sportif (avec travail technique au besoin)

8) Vais-je retrouver mon niveau d’avant blessure ?

 

Cette pathologie, bien que possédant un pronostic favorable, nécessite d’être prise au sérieux dès le début.
Cependant, à condition de respecter les consignes et recommandations transmises par votre chirurgien et votre thérapeute, votre enfant retrouvera une activité sportif normale.

 

8) Que puis-je faire pour accélérer le processus?

 

Afin d’accélérer le processus de guérison, veillez à respecter au mieux les recommandations des professionnels de santé avec lesquels vous collaborez.

La paresse ou, au contraire, l’excès de zèle, seront vos ennemis.

A l’inverse, discipline, rigueur, persévérance ainsi qu’un état d’esprit positif et volontaire vous aideront à revenir au plus vite en pleine forme !

 

 

We care, you perform.

Genou

Déchirure du ligament croisé postérieur

Newsletter

Quels sujets souhaitez-vous recevoir dans votre boîte mail ? *

Tout cocher / décocher

Contact

Nous contacter

©2020 Revitalize SPRL.

 Créé par Artimon Digital

- Cookies