Logo UPerform
Services
Healthy life

Activité physique et grossesse

par Uperform

Les lignes directrices canadiennes sur l’activité physique durant la grossesse 2019 (1,2) représentent un changement fondamental dans notre vision de l’activité physique prénatale : plutôt que d’être un comportement recommandé pour améliorer la qualité de vie, elle devient une ordonnance précise pour réduire les complications de la grossesse et optimiser la santé de deux générations tout au long de leur vie.

Il est essentiel que les présentes lignes directrices soient appliquées à la pratique clinique pour engendrer des bienfaits tangibles pour la santé de la mère et du bébé et ce potentiellement pour toute la vie.

 

Messages principaux

 

1. L’exercice réduit le risque de certaines complications courantes de la grossesse.
2. Les femmes auparavant inactives peuvent commencer sans danger à faire de l’exercice dans le but d’atteindre le niveau minimal recommandé. L’exercice peut être initié à tout moment de la grossesse.
3. Tous les types d’activité physique contribuent à la condition physique d’une femme durant la grossesse. Même la marche peut réduire les complications. Les exercices aérobiques et d’autres types d’exercices (par exemple, l’entraînement en résistance) contribuent à la bonne condition physique.
4. Les femmes peuvent atteindre le niveau d’activité recommandé dans les présentes lignes directrices de nombreuses façons, y compris en faisant des activités, comme la marche, qui ne coûtent rien.
5. Lorsqu’elles font de l’exercice, les femmes devraient prendre garde aux activités où une chute ou un contact physique direct pourraient les blesser ou blesser le fœtus

 

Recommandations

 

1. Toutes les femmes ne présentant pas de contre-indications devraient être physiquement actives tout au long de la grossesse (recommandation forte, données probantes de qualité moyenne). Nous avons examiné les sous-groupes ci-dessous :

 

a. Femmes préalablement inactives (recommandation forte, données probantes de qualité moyenne).
b. Femmes ayant un diagnostic de diabète gestationnel (recommandation faible, données probantes de qualité faible).
c. Femmes en surpoids ou obèses (indice de masse corporelle avant la grossesse de 25 kg/m2 ou plus) (recommandation forte, données probantes de qualité faible).

 

2. Les femmes enceintes devraient faire au moins 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée chaque semaine pour obtenir des bienfaits pour la santé cliniquement significatif et réduire le risque de complications associées à la grossesse (recommandation forte, données probantes de qualité moyenne).

 

3. L’activité physique devrait être échelonnée sur au moins trois jours; l’activité quotidienne est encouragée (recommandation forte, données probantes de qualité moyenne).

 

4. Les femmes enceintes devraient pratiquer des activités aérobiques et musculaires variées pour obtenir des bienfaits supérieurs. L’ajout de yoga ou d’étirements doux peut aussi être bénéfique (recommandation forte, données probantes de qualité élevée).

 

5. L’entraînement musculaire du plancher pelvien (p. ex., exercices de Kegel) peut être effectué chaque jour pour réduire le risque d’incontinence urinaire. Il est recommandé d’apprendre la bonne technique pour obtenir des bienfaits optimaux (recommandation faible, données probantes de qualité faible).

 

6. Les femmes enceintes qui ressentent des étourdissements, des nausées ou un malaise quand elles font des exercices sur le dos devraient modifier leur position d’exercice pour éviter cette position (recommandation faible, données probantes de qualité très faible).

 

 

Contre-indications:

 

Toutes les femmes enceintes peuvent faire de l’activité physique durant la grossesse, sauf celles qui présentent des contre-indications. Celles présentant des contre-indications absolues peuvent poursuivre leurs activités quotidiennes habituelles, mais ne devraient pas faire d’activités plus vigoureuses. Celles présentant des contre-indications relatives devraient discuter des avantages et des inconvénients de l’activité physique d’intensité modérée à vigoureuse avec leur fournisseur de soins obstétricaux avant d’y prendre part.

 

Contre-indications absolues :
– Membranes rompues
– Travail prématuré
– Saignements vaginaux persistants inexpliqués
– Placenta prævia après 28 semaines de grossesse
– Prééclampsie
– Insuffisance cervico-isthmique
– Retard de croissance intra-utérin
– Grossesse multiple de rang élevé (p. ex., triplés)
– Diabète insulino-dépendant non contrôlé
– Hypertension non contrôlée
– Maladie thyroïdienne non contrôlée
– Autre trouble cardiovasculaire, respiratoire ou systémique grave

 

Contre-indications relatives :
– Avortements spontanés à répétition
– Hypertension gravidique
– Antécédents d’accouchement prématuré spontané
– Maladie cardiovasculaire ou respiratoire légère ou modérée
– Anémie symptomatique
– Malnutrition
– Troubles alimentaires
– Grossesse gémellaire après la 28e semaine
– Autres problèmes de santé importants

 

 

Comme nous ne savons pas si l’activité physique chronique à haute intensité est sécuritaire et efficace pour la mère, le fœtus et le nouveau-né, il est recommandé de ne faire d’activité physique à haute intensité que de manière supervisée. C’est l’activité physique d’intensité modérée qui est recommandée tout au long de la grossesse.

 

 

On peut évaluer l’intensité soit grâce aux intervalles de fréquence cardiaque  soit par la capacité à parler. La femme est à une intensité confortable si elle est capable de maintenir une conversation durant l’activité physique, et devrait réduire l’intensité si elle en est incapable.

En l’absence de contre-indications (voir la liste détaillée plus loin), le fait de suivre ces lignes directrices est associé à :

 

1) moins de complications pour le nouveau-né (p. ex., gros par rapport à l’âge gestationnel)

2) des bienfaits pour la santé maternelle (p. ex., diminution du risque de prééclampsie, d’hypertension gravidique, de diabète gestationnel, de césarienne, d’accouchement opératoire, d’incontinence urinaire, de gain de poids excessif durant la grossesse et de dépression; amélioration de la glycémie; diminution du gain de poids total durant la grossesse; et diminution de la gravité des symptômes dépressifs et de la douleur lombo-pelvienne).

 

Il est important de savoir que l’activité physique n’est pas associée à la fausse couche, à la mort naissance, au décès néonatal, à l’accouchement prématuré, à la rupture prématurée des membranes, à l’hypoglycémie néonatale, au poids insuffisant à la naissance, aux anomalies congénitales, au déclenchement du travail, ou aux complications à la naissance. Par contre, en général, une augmentation de l’activité physique (fréquence, durée ou volume) est liée à une augmentation des bienfaits.

 

L’activité physique prénatale devrait être vue comme un traitement de première ligne pour réduire le risque de complications de la grossesse et améliorer la santé physique et mentale de la mère.

 

Pour les femmes enceintes qui n’atteignent actuellement pas le niveau recommandé, nous recommandons une augmentation progressive pour l’atteindre. Les femmes déjà actives peuvent continuer de l’être tout au long de la grossesse. Elles pourraient devoir modifier le type d’activité à mesure que leur grossesse avance. Il peut devenir impossible de suivre les lignes directrices pendant certaines périodes en raison de la fatigue ou des inconforts de la grossesse; nous encourageons les femmes à faire ce qu’elles peuvent et à revenir aux recommandations lorsqu’elles en sont capables.

 

Autres habitudes de vie saines durant la grossesse

En plus de faire de l’activité physique, il est fortement encouragé d’adopter d’autres habitudes caractéristiques d’un mode de vie sain, comme une alimentation et un sommeil adéquat, et le fait d’éviter de fumer et de consommer de l’alcool, de la marijuana et des drogues illicites.

 

We care, you perform.

 

 

Bibliographie

1. Mottola MF, Davenport MH, Ruchat S-M, Davies GA, Poitras VJ, Gray CE, et al. 2019 Canadian guideline for physical activity throughout pregnancy. Br J Sports Med. 1 nov 2018;52(21):1339‑46.
2. 4208_CSEP_Pregnancy_Guidelines_Fr_P2A.pdf [Internet]. [cité 11 mai 2020]. Disponible sur: https://csepguidelines.ca/wp-content/uploads/2018/10/4208_CSEP_Pregnancy_Guidelines_Fr_P2A.pdf

Performance

Les femmes sont-elles plus endurantes que les hommes ?

Performance

Les femmes sont-elles plus endurantes que les hommes ?

Newsletter

Quels sujets souhaitez-vous recevoir dans votre boîte mail ? *

Tout cocher / décocher

Contact

Nous contacter

©2020 Revitalize SPRL.

 Créé par Artimon Digital

- Cookies